Pourquoi mon avatar ne sera pas bleu-blanc-rouge

C'est évidemment avec la même stupéfaction, crainte, boule au ventre, que j'ai appris les attentats de vendredi soir sur Paris. Des amis y habitent, beaucoup pouvaient se trouver se soir là pour différentes excellentes raisons. J'ai eu peur pour eux.

Après la peur, viens l'impuissance. L'année est-elle appelée à se terminer comme elle avait commencée ? Dans d'inutiles tueries, fauchant des vies au hasard pour un combat que l'on n'a pas sciemment voulu ?

On pourra s'interroger longtemps sur le pourquoi de ces faits terribles. Cherchons plutôt à aller de l'avant, à se montrer mutuellement que nous vallons mieux que les extrémistes de tout poils, qu'ils soient en Syrie, en France, ou ailleurs. Qu'ils soient armés de kalachnikovs ou de discours de haine. Ne nous renfermons pas dans un entre-soi occidental tout aussi excluant et communautariste que peut l'être l'État Islamique. La compassion ne doit pas être à sens unique. Où étions nous lorsque le Liban a tremblé ? Où étions nous lorsque le Koweït a tremblé ? Qu'avons nous fait en Irak ? En Syrie ?

Je ne porterai pas les couleurs de la France sur mon avatar, car ce n'est pas la France qui a été touché. Pas plus que c'était le Liban hier, ou la Syrie cette nuit. C'est l'humanité dans son ensemble qui a été touchée. Chaque drapeau Français levé apporte plus de frustration dans le cœur des ignorés, des oubliés, en Irak et en Syrie. Ceux qui tombent sous les bombes françaises, russes ou américaines, palestiniennes, israéliennes ou syriennes. Ces naufragés d'un combat qu'ils n'ont pas voulu non plus mais dont ils sont quotidiennement parties prenantes. Ne les blessons pas davantage en portant haut le signe définitif de notre rejet, de notre ignorance, de notre propre renfermement. Ne répondons pas à la violence par la violence. C'est exactement ce que cherche Daesh : instaurer la loi du Talion, l'obscurantisme, l'absence de justice. Chaque bombe française est à l'image des bombes islamistes : une bombe de trop. Une recrue de plus pour les extrémistes, qu'ils soient à Daesh, au FN ou ailleurs.

#portesouvertes ne doit pas être réservé aux Français ou aux Allemands, mais à tous les habitants de cette Terre. N'oublions jamais que nous sommes avant tout frères et sœurs en Dieu, Allah, Yahvé ou autre et plus certainement cousin·e·s en ADN. Respectons nous, accueillons nous, ne restons pas entre nous.

Refrain
Ne laissons pas mourir la terre
Ne laissons pas mourir le feu
Tendons nos mains vers la lumière
Pour accueillir le don de Dieu.

Laisserons-nous à notre table
Un peu d'espace à l'étranger
Trouvera-t-il quand il viendra
Un peu de pain et d'amitié ?

Laisserons-nous à nos paroles
Un peu de temps à l'étranger
Trouvera-t-il quand il viendra
Un coeur ouvert pour l'écouter ?

Laisserons-nous à notre fête
Un pas de danse à l'étranger
Trouvera-t-il quand il viendra
Des mains tendues pour l'inviter ?

Laisserons-nous à nos fontaines
Un peu d'eau vive à l'étranger
Trouvera-t-il quand il viendra
Des hommes libres et assoiffés ?

Paroles: Michel Scouarnec – Musique: Jo Akepsimas

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Ajouter un rétrolien

URL de rétrolien : https://etienne.depar.is/a-ecrit/trackback/541