Nokia N8 et Bookeen Opus

Certain l'auront peut-être constaté dernièrement : je suis devenu l'heureux propriétaire de deux nouveaux appareils électroniques vraiment sympa. Je n'avais jamais eu jusqu'à présent de tels devices, possédant simplement un ordinateur, et c'est tout. Mais bon, les usages évoluants vite autour de moi, j'ai dû me résoudre à constater les besoins suivants :

  • Je suis de plus en plus en mobilité, et de plus dans des situations pas forcément optimale d'un point de vue connexion, alimentation, etc.
  • J'ai de plus en plus besoin de lire de nombreux documents, électronique pour la plupart, voire tous, et les imprimer me faisait vraiment mal au cœur.

C'est donc vers deux types distincts d'appareil que je me suis tourné, pour finalement découvrir, que grâce aux respects de normes standards, de formats ouverts etc. les deux communiquent parfaitement bien ensembles et forme désormais dans ma poche un duo gagnant. Quels sont donc ces mystérieux outils (pour ceux qui n'auraient pas eu le courage de lire le titre) ? Il s'agit du tout dernier nokia, le N8 et du livre électronique Opus de Bookeen (un peu plus ancien pour sa part).

Où il est question du pourquoi du comment du nokia N8

J'ai toujours énormément apprécié le travail effectué par nokia dans la conception de leurs téléphones, et également de leurs partenaires pour leurs fabrications. Je sors de l'utilisation d'un E65 qui ne m'a jamais fait défaut, dont l'utilisation était un vrai régal, et dont le seul défaut, mais heureusement pas si catastrophique que ça, était de ne plus tenir la charge sur ces derniers mois. Et d'une solidité à toute épreuve. Après être passé une bonne dizaine de fois par la fenêtre, dont une fois celle de la voiture en train de rouler, il fonctionnait toujours (et pourtant c'était un slide !).

Malheureusement, son écran était somme toute trop petit pour espérer pouvoir naviguer correctement sur le web, et son firmware commençait sérieusement à dater. Cela faisait donc facilement deux mois que je regardais à droite et à gauche pour changer de portable.

Je ne vais pas le cacher, la politique de nokia de ne pas pousser plus que ça en avant meego ou maemo me gênait un petit peu. Car il faut le dire, face à Androïd ou iOS, Symbian commence à montrer sa vieillesse. Du coup je me tatais à prendre un palm pré 2 (j'aime bien l'idée de slide), vu qu'il était pour moi, pour des questions philosophiques que je n'aborderai pas ici, hors de question d'entrer dans la clique Apple, Blackberry ou Google.

Mais bon, Nokia a finalement sorti le N8, armé de Symbian^3, qui, sans être une révolution, apporte un petit souffle de fraicheur dans le papi. J'ai donc sauté sur l'occasion, d'autant que nokia a juré craché que tous les devices équipés de symbian^3 recevraient toutes les mises à jours du systèmes. Entre temps, malheureusement, nokia a décidé de clôturer les sources de symbian. C'est très regrettable, mais l'achat était déjà fait.

Concrètement, qu'est-ce que ce téléphone m'apporte ? Et bien en fait, tout. De nombreux tests ont été fait à droite et à gauche donc je vous laisse chercher pour une review exhaustive, mais en ce qui me concerne, j'ai énormément apprécié toutes les fonctionnalités de connexion proposées par le téléphone : réseau cellulaire (3G+, edge), bluetooth, Wifi, USB OTG (on y reviendra), GPS, radio (récepteur, mais aussi émetteur !), sans oublier les applications permettant de se connecter en FTP (natif) ou SSH (app à installer) à des serveurs distants.

Ensuite, chacun sera libre d'apprécier ou non la qualité de l'app store nokia ; je le trouve personnellement ni fait ni à faire. La recherche ne fonctionne pas, l'application mobile plante régulièrement et des différences notables sont constatables entre la version mobile et le site. Mais pour moi la quantité est là, et j'apprécie la grande qualité des logiciels proposés (Gravity en première ligne, suivi de près par Spotify et Opera). Bref, je me sens enfin "libre" numériquement parlant, pouvant accéder quand je veux au net.

Après, effectivement on pourra constater que nokia s'est une fois de plus plutôt mis du côté des über-geek / pro, et non du grand public, mais à la limite je m'en fout, je préfère.

Où il est question du pourquoi du comment du Bookeen Opus

Quand j'ai démarré ma thèse en octobre, je savais que j'allais avoir de grandes quantités de documents à lire. Mais je ne m'étais pas franchement posé la question du comment. En quelques jours à peine je me suis vacciné de la lecture à l'écran d'ordinateur : c'est juste pas possible. Du coup j'ai retardé pas mal de grosses lectures, car trop fatigante, jusqu'à avoir la solution ultime : un livre électronique. Car vu la quantité de lecture, je me serai senti coupable d'une grande partie de la déforestation mondiale, et il n'en était pas question.

J'ai alors vu passer l'offre d'in Libro Veritas : un bookeen opus préchargé avec différents fragments, au choix, de la collection d'ILV. J'ai craqué pour la version "Selection ILV-Bibliotheca" contenant un certain nombre d'ouvrages que je souhaitais lire. Enfin le bookeen m'est apparu un excellent choix tant d'un point de vue technique/pratique que philosophique : il est petit, très léger, donc peu encombrant, tout en étant indépendant de toutes boutiques drmisé (fnac, amazon) ou logiciel spécifique. Une grosse clé USB lisible quoi.

À utiliser, le bookeen se révèle vraiment très agréable. Il se glisse sans souci dans n'importe quelle poche, il ne fatigue pas le bras, ni le poignet à la lecture, et son écran est très lisible, même avec une petite police de caractère (réglable). Et pourtant je suis fort myope, donc il me fallait au moins ça !

Et c'est là que ça fait Spountzz

Et oui, car si le bookeen se présente comme une grosse clé USB, le nokia, lui, de part son respect de la norme USB OTG, peut se comporter comme un PC. Il me suffit alors d'utiliser le nokia pour me rendre sur les excelentes bibliothèques d'ebook feedbooks, ebooks-gratuits ou Gutenberg, télécharger les oeuvres qui me tentent et, en branchant le bookeen au nokia, je suis tout à fait capable de faire passer les ebooks de l'un à l'autre pour les lires.

Pour avoir tester la connectivité du fnac-book, il n'y a pas photo, même si ma démarche paraît un rien capilo-tractée, j'y gagne énormément question temps : la connectivité du nokia est instantanée ou presque, et le bookeen, très léger fonctionnellement, se révèle du coup une bète de course à l'affichage des livres.

Je maintiens donc que pour moi, un livre électronique n'a pas à s'encombrer de connectique réseau (qui ne sont d'ailleurs bien souvent là que pour nous enfermer (DRM, licence, toussa...), et doit se contenter que d'une chose : la lecture. Maintenant c'est peut-être mon côté vieux con qui ressort : il y a 5 ans je crachais sur les téléphones qui osaient faire autre chose que téléphoner, et il y a encore 6 mois sur les téléphones tactile. Comme on dit, il n'y a que les cons qui...

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Ajouter un rétrolien

URL de rétrolien : https://etienne.depar.is/a-ecrit/trackback/285