Cette hypocrisie dégueulasse

J'en ai encore eu l'illustration ce matin en cours de physique, et c'est quelque chose que je ne peux pas sentir.

On venait de finir l'équation différentielle d'un circuit LRC, et une fille commençait à rentrer la formule dans sa calculatrice. La prof lui demande l'air de rien ce qu'elle fait... et la fille lui répond très sûr d'elle (limite "t'es qu'une pauvre cloche, dégage !") qu'elle rentre sa formule car elle ne s'en souviendrai jamais.

Soit. Il n'y a plus de formulaire au bac. Les calculatrices seraient autorisées en permanence, je dirais : "Bien, on peut donc supposer normal que l'on rentre les formules les plus dures dans la calculatrice". Hors, celle-ci peut être interdite. Je conclue donc : il faut savoir ses formules, des fois que. J'en conclue donc aussi : les profs veulent que l'on connaissent nos formules. Donc avoir ses formules dans sa calculatrice revient à tricher, à avoir son cours avec soit au bac (car qui dit pouvoir rentrer les formules, peut dire rentrer tout et n'importe quoi).

Réaction de la prof à cette attitude : "Tu sais, ce n'est peut être pas malin de les mettre dans ta calculatrice si elle est interdite le jour de l'épreuve". Comme vous pouvez le constater, elle n'a émit aucun jugement de valeur quant au fait d'avoir rentré ses formules dans sa calculatrice. J'en conclue donc que c'est toléré, voire permis (la nuance est minime). Je peux donc conclure que les profs tolèrent que l'on ait son cours sur soi lors d'une épreuve (où la calculatrice seraient permise). Donc que si la calculatrice est permise à une épreuve, je peux tout à fait sortir mes cours et les poser à côté de moi, car j'ai décidé que je préférais lire sur du papier plutôt que sur un minuscule écran. Hors, je ne pense pas m'avance de trop en affirmant que si je sortais mes cours en cours d'épreuve, je me ferais aussitôt sortir.

Il règne donc aujourd'hui en France un climat d'hypocrisie plus qu'écoeurant vis à vis du bac et de la tricheries. Il y a cinq/six ans, j'aurais pu (et encore) admettre que le corps enseignant ne soupçonnait pas cette forme de tricherie, liée aux nouvelles technologies. Mais aujourd'hui je n'y crois plus. Tout le monde est au courant, et personne ne fait rien pour que cela change. Et pourtant il serait temps de s'y mettre.

La solution parait pourtant toute simple : fournir aux élèves un formulaire ou n'en pas fournir (suivant le degré de connaissance que les profs demanderont pour le bac), afin que leur position vis à vis du cours que l'élève est autorisé à avoir sur lui au cours du devoir soit fixé ; et , dans tous les cas réinitialiser toutes les calculatrices au début de l'épreuve, afin de mettre tous les élèves à égaliter, et éviter ainsi la triche.

Il serait quand même triste que la France, qui se veut l'exception culturelle mondiale, sombre dans le ridicule parce qu'elle n'a pas su fixer une bonne fois pour toutes les règles de son "grand" examen national. Après, on peut toujours essayer de réformer l'école ou d'harmoniser les diplôme... pour moi ça n'a positivement aucun sens quand on laisse de telle stupidité avoir lieu tous les ans à la même époque.

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Ajouter un rétrolien

URL de rétrolien : https://etienne.depar.is/a-ecrit/trackback/307