Les trains quantiques

Non, ce qui va suivre n'est pas un pur délire de mon imagination, ni un documents de vulgarisation, mais la constatation amère qu'aujourd'hui en France on n'est pas capable d'avoir un service de train potable. Si vous n'aimez pas le second degré, je vous déconseille de lire ce qui suit.

En effet, la dernière invention de la SNCF (ou de la RATP, de toute façon c'est le même combat), c'est d'expliquer à ses usagers le principe de la physique quantique.

Évidement, comme il s'agit d'une oeuvre de charité, et qu'ils sont modestes à la SNCF, ils n'avertissent en rien leurs clients, pour que la surprise soit complète. Sinon, ça risquerait de rater !

J'ai donc hier soir, comme beaucoup d'autres usagers de la ligne D du RER, été le cobaye d'une expérience dite des train quantiques. En quoi cela consiste ? C'est tout simple.

Dans la physique quantique, vous n'êtes pas sans savoir que l'état d'une particule donnée n'est plus fixé dans le temps et l'espace, mais est l'expression d'un faisceau de probabilité plus ou moins étendu. Pour faire simple, si par exemple vous connaissez la position d'une particule, vous ne pourrez connaitre ça masse, et vice versa.

Hier, j'ai donc pu tester le nouveau service de la SNCF basé sur ce postulat : pour un train donné, on ne pourra jamais connaître à la fois sa destination, son numéro de quai et son horaire de passage. J'explique : je suis arrivé sur le quai du RER D de la gare souterraine de Châtelet les Halles à 19h19 (à peu près). On m'indique le prochain RER pour Orry sur le quai de gauche (pour moi). Celui ci est programmé pour 19h24. À 19h22, le RER arrive bien… mais sur la voie de droite ! Instantanément, le premier phénomène quantique se produit : le train est indiqué exactement de la même façon sur les deux quais. Même nom, même destination, même horaire. Mais un quai vide et l'autre avec un train. Pas grave, me dis-je. Et je monte dans le RER… Qui ne part pas.

C'est alors que le deuxième phénomène quantique se produit : à 19h26, un second RER arrive sur le quai de gauche. Nous avons donc désormais deux RER à quai, mais on ne connais plus l'horaire de départ, ni leur destination ! Comme à peu près tout le train de droite, je change donc pour monter dans celui de gauche qui part aussitôt.

Arrivé à Gare du Nord, l'expérience quantique prend fin et j'apprend que j'étais dans un RER à destination de Stade de France. J'ai donc pu sauter sur le quai pour attendre le bon RER pour Orry.

Je remercie donc les gentils organisateurs de la SNCF pour cette explication imagé de la physique quantique, c'est fabuleux de voir une entreprise s'impliquer autant dans la vulgarisation scientifique.

Mais la prochaine fois, il faudra peut-être expliquer à ses clients le but de l'opération, plutôt que de les laisser dans le flou le plus artistique.

SNCF ? À nous de vous faire préférer d'autres moyens de transport !

Commentaires

N'hésitez pas à réagir en m'envoyant un email, qui sera publié ci-dessous sous la forme d'un commentaire.

Comment from joliechose

De joliechose - 13/06/2007, 14:13

Ahahahaha bravo!!! :p

Eh bien eh bien... ils en inventent souvent des comme ça !!!

(j'ai pris un billet première classe pour rentrer de Lyon moi... c'était moins cher que les billets normals... //_-)

Comment from Lilipoulette

De Lilipoulette - 21/06/2007, 22:46

Huhu c'est bien le RER D ça, raaa les pas doués XD

Comment from lilipink

De lilipink - 22/06/2007, 00:00

jvais vous avouez un truc...j'ai peur des portes de métro! jvous jure que c'est vrai! jles trouve trop barbare

Comment from Milouse

De Milouse - 22/06/2007, 19:14

Même avec le lapin rose ? ^^

Comment from Lilipoulette

De Lilipoulette - 22/06/2007, 22:13

Lapppppppin hihi

Yeuh ben t'as raison quand j'en vois certaines qui claquent fort dans mon RER, j'me dis que j'ai rien envie de laisser traîner entre les portes! :D